Les photos sur les réseaux sociaux

Ce week-end j’étais à Paris. Les seules personnes au courant de mon séjour parisien sont les personnes que j’ai vu pendant mon week-end.

Pas d’annonce sur Facebook, le seul réseau social sur lequel je suis le plus ou moins active, et qui me sert aujourd’hui essentiellement pour ce blog, comme un outil de communication.

Ne faisant pas trop attention à mon apparence et ne sachant même pas prendre de selfie, je me suis demandée comment une accro aux réseaux sociaux aurait vécu le week-end que je viens de passer. Moi, humble utilisatrice de Facebook, et de temps à autre de Twitter et de Linkedin, si j’avais eu Instagram et Snapshat par exemple, ça aurait donné quoi ?

Cela aurait d’abord commencé, vendredi soir. Ancienne parisienne que je suis et complètement fatiguée de ma semaine, j’oublie que l’arrêt la Défense pour le RER A, se situe en zone 3, et j’achète un ticket de métro valable seulement dans Paris. Et oh surprise, à la sortie, le ticket ne passe pas, et les contrôleurs se font un plaisir de me filer une amende de 35 euros. #BievenueAParis #ErreurDeDébutante #LaPoisse #MauvaisKarma #AmendePayée.

Le lendemain, retrouvaille avec une amie de longue date que je vois à peu près tous les six mois, en plein centre-ville, proche de l’Hôtel de ville. On déjeune en terrasse. #FriendshipForever #SunnyDay #GoodVibes #ParisianLife.

Et oui, là je me mets à écrire des #hashtags en anglais, car c’est quand même mieux qu’en français, cela fait plus tendance, non?

Je continue l’après-midi par du shopping avec une autre amie où je trouve ma tenue complète pour le mariage que j’ai dans moins de deux mois. #PerfectOutfit #WeddingDaySoon #Classy #TimeOfMyLife.

Le soir, retrouvailles avec toute l’équipe du dernier hôtel dans lequel je bossais à Paris. Grande table ronde dans un Jap. On mange bien. On discute et on rigole beaucoup. Puis petit cocktail dans un rooftop côté Cité de la Mode. #PPLDTeam #Reunion #WorkColleagues #GoodFriends  #ParisByNight

Et STOP ! J’arrête ici car ça me fatigue déjà. Sur 24h de ma vie, j’aurai déjà eu 4 posts sur un ou plusieurs de mes réseaux sociaux. Overdose.

Wouah ma vie est tout simplement géniale, vous ne voyez pas ? Bien sûr tous ces hashtags auraient été alimenté d’une ou de plusieurs photos et j’aurai été dans l’attente de likes et de commentaires tout au long de la journée. Mais au fait, qui cela intéresse vraiment?

L’approbation de pseudo amis que ma vie est effectivement trop géniale ? Oui c’est sûrement ça.

La photo sur le réseau social n’est plus la photo pour « partager » ce que l’on fait, ce que l’on vit avec nos proches, mais c’est devenu le moyen de « se montrer » de rendre public ce qui est de l’ordre du privé si c’est une pratique que l’on fait quasi tous les jours.

selfish
Selfish – Egoïste

Combien d’amis aviez-vous sur Facebook les six premiers mois de votre ouverture de profil ? Et combien en avez-vous maintenant ? Avec combien avez-vous des interactions régulières ? ….

Dois-je continuer ?

10 ans en arrière, nous n’avions pas de contrôle sur ce que nos « amis » des réseaux postaient. Etudiante, je me rappelle de photos publiées où des copains me prenaient par le cou, par la taille, me faisaient des bisous sur la joue et tout de suite on pensait que je couchais avec. Célibataire à l’époque et essayant tant bien que mal de sortir avec un mec que j’avais rencontré pendant l’été, et bien ces photos ont tout fait foirer, car il croyait que j’étais prise ou pas sérieuse.

Quand je suis partie en Australie pendant un an, où là c’était un peu la fête du slip au niveau des soirées, j’avais droit à des messages de personnes qui ne me parlaient jamais, du type : « Bah ça va, le pays du kangourou te fait du bien, tu as l’air de te les enchaîner là-bas, non ?».

« Tu as l’air de ». Oui j’avais l’air de, mais était-ce vraiment la vérité ? Et vraiment, c’est seulement ça qui l’intéressait, lui ou elle à qui je n’avais pas parlé depuis un bail alors que je vivais quand même à 20 000 km de la France ?

A partir de là, j’ai viré toutes les photos sensibles. Puis célib ou pas célib, je refuse catégoriquement de m’afficher. C’est privé, cela ne regarde que moi. Si quelqu’un veut savoir quelque chose sur ma vie privée, et bien il me le demande, c’est aussi simple que cela.

social-media-3362587_960_720Quant aux personnes qui affichent un bonheur trop parfait ou un malheur trop lourd à porter seul, primo pourquoi ont-ils ce besoin de s’afficher ? Et segundo combien de temps perdent-ils par jour à vouloir afficher cette vie aussi (im)parfaite entre les filtres, les publications, la vérification de likes ect ?

Les réseaux sociaux peuvent rendre vraiment malade. Le réseau social a été à la base créer pour se  connecter  avec les autres, et pourtant on parle de plus en plus de ce sentiment de solitude qui se développe pour notre génération et les suivantes.

On peut s’inventer une vie grâce à la publication de photos sur les réseaux, mais ce qui semble être le plus intéressant serait juste d’essayer de s’en créer une sans l’afficher, non ?

Car après tout on dit bien que si l’on souhaite vivre heureux, on doit vivre caché.

2 commentaires sur “Les photos sur les réseaux sociaux

  1. Je crois que l’on commence tous à saturer un peu des réseaux sociaux. Cette année je n’ai rien posté de mes vacs. Ceux qui voudraient savoir comment je vais, si je suis partie et où, me demanderont. Les autres vivront avec leur curiosité.^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s