De la nécessité de la pause-café

On dira ce que l’on voudra, au travail nous avons tous besoin de temps à autre d’une pause dans ce que l’on est entrain de faire. Et quelle que soit l’entreprise où l’on travaille il y a un endroit pour aller prendre un café, un thé, même si cet endroit se trouve juste dans la zone de la machine, ou dehors pour un café-clope. L’intérêt est de partir de son bureau, de sa zone de travail.

Cela fait un peu plus d’un an que j’ai appris ce concept de « pause-café ». Avant le café c’était, s’il y avait le temps, et souvent je le prenais seule, pas le droit de partir avec un collègue de mon équipe et pas le temps d’appeler quelqu’un pour le prendre. Je travaillais en Réception dans un hôtel de luxe d’aéroport où l’activité ne se termine quasi jamais, du moins en journée. Donc le café c’était un luxe, au même titre, limite, que d’aller aux toilettes (on devait toujours prévenir quand on s’absentait 5 min).

Dans ma nouvelle activité, et donc ma nouvelle vie, la pause-café est inscrite dans mon contrat de travail. Oui, oui. Soit 15 min le matin et 15 min l’après-midi. La première fois que je l’ai lu, j’ai souris, j’ai cru que c’était juste pour la forme. Arrivée dans l’entreprise je me suis rendue compte que c’était une véritable obligation, allant au delà même du  simple rituel.

Alors pourquoi cette pause-café est elle aussi importante ? Pourquoi doit-on la prendre ?

Parler d’autre chose

Dans mon cas, la pause se fait avec les personnes de mon département, le plus souvent. Au début ne connaissant personne, et ne parlant que du travail lorsque nous étions derrière nos écrans, la pause permettait de parler tout simplement d’autre chose. De ce qu’on a fait la veille, de nos futures vacances et à un autre niveau des choses que l’on ne peut pas se dire en open space. S’envoyer des whatsapp c’est sympa, mais se parler en direct c’est quand même mieux. On s’informe, on plaisante, on s’alimente des vies de chacun et on apprend à se connaître. Cela permet, entre autre, de savoir avec QUI on travaille, à quoi s’attendre et à adopter une attitude en conséquence. Car il ne suffit pas de taper sur un clavier pour être un bon collaborateur, il faut aussi s’ouvrir et communiquer avec les autres.

Se couper de son ordinateur

Et plusieurs fois par jour. On ne compte pas les pauses pipi bien sûr. Avant j’étais tout le temps debout et en talons, et j’avais des maux de jambes. Maintenant je suis tout le temps assise, et j’ai des maux de dos et de nuque. Rien d’insurmontable bien sûr, mais il est important donc de ne pas garder une tenue statique pendant des heures, afin d’éviter au maximum l’apparition de maux, qui n’iront pas en s’améliorant avec l’âge. Et le seul fait de pouvoir se lever et se déplacer fait du bien à notre corps. Couper des écrans pendant quelques minutes, permet en quelques sorte, au retour, de reprendre les travaux en cours avec un œil plus neuf, on prend un peu de recul et on devient plus efficace car notre cerveau s’est mis en vacances quelques minutes (correction d’erreurs, planification des tâches suivantes ect).

Se tenir informer

C’est souvent pendant cette pause, que les gens cancanent sur les informations non-officielles. Bien sûr, la véracité de ces informations reste toujours à vérifier, car les collaborateurs ont toujours tendance à grossir le trait. Mais, vous serez informé des nouvelles embauches, des démissions, des personnes licenciées, des fautes de management, et à un niveau plus personnel, des vies et autres aventures sexuelles de certains et scandales internes. D’ailleurs il n’y a rien de mieux que d’être une femme et un homme prenant leurs pause-café régulièrement ensemble pour déclencher les plus belles rumeurs au sein d’une société, et si les deux sont séduisants, alors là vous pouvez gagner le potin de l’année ! Entre les personnes du même sexe, on n’observe pas encore le même impact.

Se créer de nouvelles opportunités

Lors de la pause-café, outre les gens que vous connaissez vous pouvez rencontrer des personnes de d’autres départements mais aussi des clients, des fournisseurs, des commerciaux, qui sont eux, de passage dans la société. Tout ce beau monde qui pourrait potentiellement vous dégager votre avenir professionnel en vous parlant de ce qui se passe chez eux, d’un événement organisé ou encore d’éventuelles personnes que vous avez en commun. A ce moment-là, vos compétences de base ne sont pas mis en valeur, mais c’est votre personnalité et vos intérêts personnels qui le sont. Car les compétences peuvent toujours s’apprendre sur le terrain, mais votre personnalité c’est quelque chose de naturel et d’inné. Vous avez prévu un voyage au Kenya ? « Ah mais je connais le Kenya, j’y ai passé presque un an en fin d’études. ». Vous êtes allé à la dernière expo de tel musée ? « Ah mais je voulais y aller ce week-end, c’était comment ? ». Et en allant encore plus loin: Vous cherchez de nouvelles opportunités, vous pensez avoir fait le tour de votre poste… « Ah mais je connais quelqu’un qui cherche justement… ». D’expérience, chaque rencontre compte car vous ne savez jamais qui vous serez amené à revoir par la suite et dans quelles circonstances.

Outre la nécessité de prendre un café pour se réveiller, la pause-café n’est donc pas à négliger car elle peut devenir stratégique et nous rapporter gros.

Et vous ? Dans quel domaine d’activité travaillez-vous ? Et comment vivez-vous cette pause-café?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s