Deux minutes

Tic. Tac. 2 Minutes.

Je suis dans une cuisine, je prépare quelque chose. Une tarte ? Un gâteau ? J’entends des « Maman ! Maman ! » Je sors et je les vois. J’éclate de rire. Il la poursuit avec le jet d’eau, la laisse s’approcher, puis l’arrose dès qu’elle est trop près, et je les vois rire. Il fait beau, je vois de la fumée un peu plus loin sortant d’un barbecue et je rentre dans la maison pour finaliser ce qui semble être le repas, le sourire aux lèvres.

Tic. Tac. 1 minute 30.

Je suis dans une voiture, je conduis et j’ai un kit main libre sur les oreilles. Je négocie :

– Oui Katia, je sais, c’est la troisième fois cette semaine que je suis en retard pour venir la récupérer… Mais comprenez que si je suis en retard, c’est que j’ai un travail, et que si je n’ai plus de travail, vous aussi vous n’en avez plus.

Pause. Puis je reprends:

– Oui je serai là dans 10 min, mais je souhaite arriver chez vous en un seul morceau donc je vais raccrocher.

Je ne lui laisse pas le temps de répondre et je raccroche. En fait se sera plutôt 30 minutes. Je marmonne « Et oui chère Katia, ton mari est peut être au chômage, mais au moins vous, vous êtes deux, et du coup, tu n’as pas besoin de nourrice pour tes enfants ».

Tic. Tac. 1 minute.

Je suis dans un bureau, aseptisé, en haut d’une tour, il fait nuit. Je prends mon téléphone et j’appelle.

– Oui c’est moi, ça va ? Elle est couchée ?

– Bien sûr qu’elle est couchée, il est 22h passé, tu me prends pour un père indigne ? Et moi je ne vais pas tarder non plus d’ailleurs.

– Je dois finir mon rapport donc… Ne m’attends pas.

– Comme d’habitude…

J’entends un soupir et la voix reprend.

– Ecoute, un moment donné il faudra faire un choix, c’est juste la troisième fois cette semaine. Au lieu de t’entêter à vouloir sauver le monde, peut-être qu’il faudrait commencer par vouloir sauver ce que tu as autour de toi, nous, en l’occurrence.

– Chris, ce n’est pas le moment, je ne veux pas avoir cette conversation encore avec toi. Pas maintenant. Pas ce soir.

– Ok, très bien. Rentres ou dors à ton boulot, peu importe, je ne te verrai pas ce soir dans tous les cas.

– Chris…

La ligne se coupe. Je me vois lutter contre les larmes, mais je ne bouge pas. Je ne m’apprête ni à sortir ni à essayer de le rappeler. Je me vois juste reprendre l’ordinateur devant moi, prendre une grande respiration et mes mains commencer à écrire sur le clavier.

Tic. Tac. 30 secondes.

Je suis dans une petite pièce, entrain de plier un clic clac. Je suis dans une chambre ? Un salon ? Je me déplace dans ce qui a l’air d’être chez moi, c’est minuscule. Je vais dans la cuisine et ouvre des placards. Ces placards sont vides. Je vais dans une chambre, une chambre d’enfant, et je commence à faire le lit. Une horloge au mur indique 15h30 et je me dis alors que j’ai encore une heure avant d’aller la chercher à l’école et de trouver une solution pour le repas de ce soir.

Tac. 0 seconde.

Un timer sonne. Le médecin se lève et prend le test dans ses mains. Il m’annonce le résultat : « C’est négatif ».

Je ne réagis pas. Pas de soupir, pas de sourire, aucun mot ne sort de ma bouche.

– Mademoiselle ?! Ça va ? Vous êtes contente ?! C’est négatif, vous n’êtes pas enceinte.

Je reviens d’un coup à la réalité et lui réponds :

– Oui, oui, ça va merci. De toutes manières ce n’était pas le moment pour avoir un enfant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s